Moi, j'ai dit bizarre, bizarre, comme c'est étrange ! Pourquoi aurais-je dit bizarre, bizarre ?(*)

D'après les derniers chiffres de l'Insee (2010), Casteil compterait 122 habitants.
Et sur la photo parue dans l'Indépendant du 11 janvier 2013 (Vœux du maire à la population) on ne compte qu'une petite dizaine de présents !
N'est-ce pas bizarre ? Non, car proportionnellement, les élus municipaux ne représentent pas plus.

Au départ, ceux-ci étaient onze (mars 2008)
Onze personnes élues au premier tour ! Toutes réunies autour d'un programme qui prônait le rassemblement et la conciliation.
Or, que constatons-nous en 2013. Jamais le village n'a connu autant de clans et de divisions entre ses habitants ni un si grand désintérêt pour la vie politique de Casteil. A peine deux personnes présentes aux conseils municipaux.
Mais comment en est-on arrivés là ?
Quelques mois seulement après les élections, un conseiller municipal remettait son tablier car il estimait avoir été manipulé et n'avoir servi qu'à rapporter des voix à ladite liste.
Après cela nous avons dû déplorer le décès d'un autre conseiller. Malheureusement nous avons perdu là un réel "sage" toujours de bon conseil.
Peu de temps après, le maire écartait le troisième adjoint en lui retirant ses délégations et ce, pour des motifs étrangers à la bonne marche de la commune.
Pousser trois autres conseillers à ne plus vouloir s'investir dans la vie du village, fut un jeu d'enfants pour les cinq élus qui restaient en place.
Et quand je dis cinq... je devrais dire trois, car deux élus sont toujours absents aux réunions et signent aveuglément des procurations.

De Prades à Olette, de Joch à Mosset, et même dans certains cercles à Perpignan, Casteil fait figure de république bananière.

Quand allons-nous retrouver un semblant de démocratie ? Quand est-ce que Casteil va retrouver son cachet d'antan ? Devrons-nous attendre les élections de 2014 et une nouvelle équipe ?

Je l'ignore mais j'ai hâte de me retrouver dans un village qui offre un visage serein et qui renvoie une image confiante au dehors de ses murs.

Ol. P. par mail

(*) Célèbre réplique de Louis Jouvet